Image 5 conseils pour une optimisation fiscale réussie

5 conseils pour une optimisation fiscale réussie

Chaque année, comme tout contribuable, vous devrez faire parvenir au fisc une déclaration fiscale. C'est de cette dernière que dépendra le montant de vos impôts et taxes. Faites en sorte donc lors de son remplissage de ne pas omettre les détails qui peuvent vous permettre de baisser vos dépenses fiscales en suivant les 5 conseils d'optimisation qui vont suivre.

Voici 5 conseils pour une optimisation fiscale réussie

1. Connaître le montant pouvant être soumis à une défiscalisation

La première étape de toute démarche pour optimisation fiscale est l'évaluation de l'étendue du disponible fiscal. Cela consiste à se poser des questions sur le montant pouvant être assujetti à la défiscalisation. Il est important de savoir que l'on ne peut pas excéder les 10 000 euros en termes de défiscalisation. Devront être déduits de cette somme toutes les réductions d'impôts que l'on peut profiter, en ne citant que les crédits d'impôt sur les travaux d'économie d'énergie et le personnel à domicile.

2. Bien distinguer déduction et réduction d'impôt

La confusion entre ces deux terminologies constitue l'une des principales raisons qui ne permettent pas à un certain nombre d'individus de bien établir une stratégie d'optimisation fiscale. Pourtant, la distinction peut se faire simplement. Si la déduction fiscale donne la possibilité de diminuer le montant du revenu à inscrire dans la déclaration, sur la base duquel il y aura application de l'impôt, la réduction d'impôt permet de faire baisser le montant des impôts qui sera à acquitter.

3. Considérer toutes les conditions relatives aux dispositifs d'optimisation fiscale

On ne peut pas bien profiter de toutes les possibilités d'obtenir des avantages fiscaux sans en connaître toutes les conditions, d'où l'importance de bien s'en informer. Ainsi, il n'y aura pas déblocage des produits financiers et des privilèges fiscaux qui s'y attachent qu'à l'issue d'une certaine durée.

Aussi, les placements financiers pour la retraite, de leur côté, ne peuvent être obtenus sous forme de rente que lorsqu'il y a retrait effectif de la vie professionnelle. Raison pour laquelle, la souscription de ces produits ne doit pas être fondée sur le seul besoin de profiter d'une optimisation fiscale.

4. Une évaluation avec précision de l'effort à réaliser est importante

Comme la plupart des contribuables, vous vous demandez sûrement s'il est possible de profiter de l'intégralité des avantages fiscaux qui s'attachent à vos placements et revenus. La réponse est oui, contrairement à ce qu'en pensent bon nombre de personnes.

Mais comment est-ce possible ? Cette question est légitime au vu de l'existence de plafonnement des niches fiscales. Rien ne vous empêche cependant de placer la différence entre le montant d'un investissement immobilier et le seuil autorisé pour bénéficier des avantages fiscaux s'y attachent dans des petits produits de diversification de type FCPI ou SCPI, entre autres.

5. Mettez les chances de votre côté

Pour la nouvelle année, vous ne pourrez également vous soustraire à l'obligation de payer un impôt sur la fortune. Heureusement qu'il vous est possible d'augmenter vos chances de profiter d'une réduction. Vous devrez seulement, pour cela, faire des dons aux œuvres caritatives ou en investir dans des PME d'une façon directe ou via des fonds FCPI et FIP avant de procéder au paiement de cette contribution.

Un versement avant le dernier jour de l'année des dons ou investissements dans les PME vous permettra aussi de les soustraire de votre patrimoine taxable.